Registre de transparence : qui fait pression ?