Piratage informatique : conversations à huis-clos ?